Partagez nos secrets

Les Châteaux

dans le pays loudunais

Marqué par un patrimoine architectural bâti exceptionnel, de la forteresse médiévale jusqu’au manoir du XIXe siècle, le Loudunais possède de nombreux édifices et châteaux Renaissance qui nous rappellent la proximité avec la Vallée de la Loire. Aujourd’hui, pas moins de 13 châteaux habillent le secteur des Trois-Moutiers.

Le donjon de Moncontour et la Tour Carrée de Loudun témoignent du passage du comte d’Anjou au XIe siècle et les nombreux châteaux érigés ou modifiés au XIVe ou XVe siècles nous ramènent aux temps où le Loudunais était une place stratégique dans les conflits, notamment entre Anglais et Français pendant la guerre de Cent Ans. Partez à la découverte de l’histoire des châteaux qui vous accueillent pour une visite.

Les Moulins

dans le pays loudunais

L'Acadie

en loudunais

Le 29 juin 1984, à l’initiative de René Monory, l’association La Maison de l’Acadie inaugure un lieu de mémoire à La Chaussée grâce à l’implication de Madame Michèle Touret. Aujourd’hui, la mission de La Maison de l’Acadie est de préserver et transmettre l’histoire du peuple acadien, de valoriser le territoire du Loudunais et offrir un lieu de retrouvailles et de partage perpétuant les liens qui unissent les deux territoires.

1604: Sous l’impulsion d’Henri IV, Samuel de Champlain, Pierre Dugas de Mons installent des engagés en Acadie. En raison des difficultés rencontrées, cette initiative est mise en sommeil .

1632 : Durant le règne de Louis XIII, Richelieu charge son cousin Isaac de Razilly, né aux Eaux-Melles à Roiffé et Charles de Menou, seigneur d’Aulnay près de Loudun, d’établir une colonie en Acadie. Ils sont accompagnés de « 300 hommes d’élite » selon La Gazette de Théophraste Renaudot, le gazetier du Roi, lui aussi Loudunais. Plusieurs familles locales vont faire le grand voyage vers l’Acadie, quelques années plus tard, Martin Le Godelier, seigneur du Bourg, de La Chaussée part avec son fils et un serviteur. Il y meurt quelques mois plus tard en 1642.

1713 : Le Traité d’Utrecht – Convoitée par les Anglais depuis des décennies, l’Acadie est définitivement perdue par la France en 1713. Sous domination anglaise, les Acadiens sont tolérés.

1755 : le « Grand Dérangement »: Devant le refus obstiné des Acadiens de prêter allégeance à la couronne d’Angleterre, les terres et les biens des Acadiens sont saisis et attribués aux colons anglais. C’est alors la déportation massive: Les Acadiens sont pourchassés, tués et les Anglais embarquent de force plusieurs milliers de rescapés sur leurs navires. Les membres des familles sont séparés et envoyés dans les colonies anglaises de l’Amérique du Nord. La dispersion va durer 10 ans environ et certaines familles, prisonnières en Angleterre, reviendront libres vers la France. Deux établissements d’Acadiens existent encore en France : Belle-Île-en-Mer et Archigny.

Ethno-musée

en loudunais

La fondation Anako oeuvre à la contribution et à la sauvegarde des mémoires audiovisuelles des derniers peuples et cultures autochtones. Elle soutient des programmes de terrain qui permettent à ces communautés de se réapproprier leur image et apprendre à utiliser les outils audiovisuels.

C’est dans l’octroi médiéval du château de Verrière, que se trouve l’ethno-musée, avec des expositions permanentes et temporaires, une vidéothèque, une bibliothèque, centre de documentation et des salles de projection.